Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 janvier 2015 4 15 /01 /janvier /2015 15:03
L'ancien Bokor Palace envahi par les lichens oranges et le début de réhabilitation en 2014.
L'ancien Bokor Palace envahi par les lichens oranges et le début de réhabilitation en 2014.
L'ancien Bokor Palace envahi par les lichens oranges et le début de réhabilitation en 2014.
L'ancien Bokor Palace envahi par les lichens oranges et le début de réhabilitation en 2014.
L'ancien Bokor Palace envahi par les lichens oranges et le début de réhabilitation en 2014.
L'ancien Bokor Palace envahi par les lichens oranges et le début de réhabilitation en 2014.
L'ancien Bokor Palace envahi par les lichens oranges et le début de réhabilitation en 2014.

L'ancien Bokor Palace envahi par les lichens oranges et le début de réhabilitation en 2014.

En 2002, alors que j'effectuais une mission comme photographe bénévole pour Handicap International dans le sud-est asiatique, je découvrais ce lieu insolite et à l'époque oublié ...

Lors de mon voyage dans les pas de Henri Mouhot qui donna naissance à ce blog, je suis retourné sur les lieux en découvrant les grands changements décrits alors. ***

Cette ancienne station d'altitude française perchée à 1080 m d'altitude et surplombant le Golfe de Thaïlande, permettait à l'élite de venir se rafraîchir pendant les périodes les plus chaudes. Construite entre 1917 et 1921 par des travailleurs forcés cambodgiens, dont beaucoup moururent, elle comportait différents établissements luxueux : le Bokor Palace, un grand hôtel casino (inauguré en 1925), d'autres hôtels de moindre catégorie, une poste, une église, quelques villas et un étrange château d'eau.

La station a été abandonnée deux fois, en 1940 avec l'invasion des forces vietnamiennes et des Khmers Issarak (Khmers libres) lors de la lutte pour l'indépendance et en 1972 quand le régime de Lon Nol l'abandonna aux Khmers Rouges. Elle n'a plus jamais été habitée, sauf par la guérilla khmère rouge et par les Vietnamiens quand ils vinrent libérer le peuple khmer de la sauvagerie de la clique à Pol Pot. Sa position stratégique valut de très longs et violents combats en 1979.

Avec la fin de la guerre, le plateau du Bokor fut classé parc national.

L'ancienne route pavée existait encore lors de mon premier passage en 2002. Elle serpentait sous les frondaisons obscures d'où s'échappaient les cris de la forêt et les vols lourds, mais majestueux des calaos. On voyait rarement le ciel …

Les jeunes de Kampot y montaient le week-end pour faire des fêtes entre copains et copines, échappatoires aux règles strictes de la société traditionnelle qui limitent les contacts entre garçons et filles.

Suite à un accord signé en 2008, un gigantesque projet hôtelier évalué à un milliards de dollars est lancé.

La compagnie Sokha Hôtels avait déjà posé les fondations d'un luxueux complexe hôtelier et l'avenir de ces vénérables bâtiments envahis par des lichens oranges me semblait alors définitivement menacé.

Juin 2010 : la route pavée n'existe plus. Un vaste chantier l'a transformée en une large piste de latérite le long de laquelle s'activent des centaines d'ouvriers et où circulent des convois d'engins de chantiers et de camions chargés de matériaux divers. Bien évidemment, cela a nécessité un déboisement massif au détriment des règles qui gèrent ce parc national.

Octobre 2014 : plusieurs hôtels 3 et 5 étoiles sont opérationnels. Un golf 18 trous, un casino, des piscines et autres attractions sont à la disposition des résidents.

La parc naturel du plateau du Bokor où une flore et une faune particulière s'épanouissaient, n'existe pratiquement plus.

L'ancien Bokor Palace est nettoyé, enduit et attend d'être réhabilité ou d'être transformé en musée.

Retour à mai 2010.

… Les premières villas sont facilement accessibles depuis la route, abandonnées, puis occupées par les Khmers rouges, elles ont été, depuis, pillées et ne sont plus que ruines.

Plus avant, une pagode rénovée en 1994. Un peu plus loin une intéressante église dont le clocher est encore surmonté de sa croix miraculeusement épargnée. De loin elle apparaît encore intacte et sa silhouette se découpe, hiératiquement sur le fond des nuages qui montent de la plaine.

La poste et les vestiges de ce que furent des hôtels de luxe jalonnent le chemin qui mène au casino lequel surplombe les polders de Prey Nup et d'où la vue porte jusqu'à la mer et Kampot.

Le béton est devenu lépreux à force de moussons et un curieux lichen orange s'est mis à le coloniser.

Cinq étages d'une curieuse et impressionnante architecture. Une immense salle de bal au sol de marbre, s'ouvrant sur une terrasse à la vue imprenable surplombant ce qui devait être un jardin à l'intention des hôtes de passage et à l'autre extrémité, une cheminée massive.

L'imagination nous renvoie aux années folles de la colonisation.

Apparaissent alors les Bugattis et Hispano Suiza des années 1930 ou les tractions avant Citroën et Peugeot 203 décapotables des dernières années de la fin de l'empire, s'arrêtant en file devant le perron où les voituriers empressés attendaient pour ouvrir les portières aux dames en crinoline et aux messieurs en habits.

Le champagne coulait alors à flot et du haut des terrasses sous l'éclairage laiteux de la lune, au dessus de la forêt tropicale embrumée d'où parvenaient les dialogues de la vie sauvage, des idylles naissaient, des intrigues se nouaient, tandis que des fortunes se faisaient ou se défaisaient autour des tapis verts et des roulettes dans les volutes bleutées et aromatisées des grands crus de havane.

Tournoiement des couples enlacés dansant sur le marbre, feu crépitant dans la cheminée monumentale, salons et restaurants bourdonnant des discussions ponctuées d'éclats de voix ou de rires sur fond de musique légère dispensée par un orchestre jouant les airs à la mode ... l'avenir était sombre et incertain, mais l'insouciance de ces soirées-là permettait, momentanément, de mettre de la distance avec les réalités qui auront vite fait de vous rattraper le lendemain matin ...

C'était le bon vieux temps de colonies !!!

*** relire et revoir l'article "Enfin Kampot" du 31 mai 2010

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Bokor Palace Hotel 06/02/2015 15:40

Tout savoir (ou presque) sur l'histoire fascinante de la Station d'altitude du Bokor. http://bokor.kamboo.com

07/02/2015 16:42

Bonjour,
un grand merci pour ce lien vers votre site particulièrement intéressant. J'ai aprris beaucoup de choses sur ce site qui malheureusement ne sera plus jamais le même.
J'avais pris beaucoup de plaisir à emprunter l'ancienne route pavée sinuant sous les frondaisons avec en échos les bruissements de la jungle et parfois le vol lourd des calaos.
Ne pourrait-on pas échanger par un autre canal que le blog. Mon adresse courriel , vous devez la connaître, est iciouailleurs@yahoo.fr.
A bientôt, j'espère.
Amicaement.
Christian Simon