Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 octobre 2016 3 19 /10 /octobre /2016 06:39

Le roi Bhumibol Adulyadej, le prince Maha Vajiralongkorn et la reine Sirikit.

Le roi Bhumibol Adulyadej, le prince Maha Vajiralongkorn et la reine Sirikit.

 

" Le roi de Thaïlande Bhumibol Adulyadej(Rama IX) est mort ce jeudi 13 octobre, après 70 ans d'un règne ayant fait de lui le plus vieux monarque du monde en exercice. C'est son fils, âgé de 64 ans, qui va lui succéder.

Le prince Maha Vajiralongkorn, qui vit la plupart du temps en Europe et n'est aperçu en Thaïlande qu'à l'occasion de cérémonies officielles, mène aujourd'hui une existence publique très discrète. De rares opérations censées asseoir son statut d'héritier comme des courses cyclistes en hommage à ses parents, mises à part, l'homme est, depuis quelques mois, en train de redorer son image."

" Il a notamment été critiqué en juillet lorsque le magazine allemand Bild avait publié des photos de lui, vêtu d'un jean porté particulièrement bas sur les hanches et d'un débardeur laissant apparaître ses tatouages. Une apparence désinvolte que la population thailandaise a jugé non digne de son rang. Autre problème : en 2014, son ex-épouse, la princesse Srirasmi, a "renoncé à son statut royal", pour ne pas dire le divorce. Un mot qu'on associe difficilement à un héritier à la couronne du pays, et qui fait donc tâche sur le CV de celui qui  est appelé à la succession." (LCI – 13 octobre 2016)

Le prince Maha Vajiralongkorn à l'aéroport de Münich 12 octobre 2016

Le prince Maha Vajiralongkorn à l'aéroport de Münich 12 octobre 2016

" L’épouse d’un journaliste britannique ayant posté le 21 juillet sur les réseaux sociaux des photos peu flatteuses du prince thaïlandais publiées par le journal allemand Bild a été interrogée le 22 juillet pendant plusieurs heures par la police de Bangkok avant d’être relâchée.

Noppawan Bunluesilp, Thaïlandaise âgée de 39 ans, est l'épouse d'Andrew MacGregor Marshall, journaliste très critique de la monarchie et qui ne vit plus dans le pays.

Jeudi, ce dernier a posté sur les réseaux sociaux des liens vers un article mis en ligne par le magazine allemand Bild montrant le prince Maha Vajiralongkorn à l’aéroport de Munich dont nous ne détaillerons pas ici le contenu en raison de la loi contre le crime de lèse-majesté en vigueur en Thaïlande et qui punit de 15 ans de prison toute personne insultant ou relayant des insultes envers le roi ou sa famille.

La police cherchait à savoir si elle avait un lien avec ces publications, qui pourraient être considérées comme lèse-majesté selon la très stricte loi thaïlandaise qui protège la famille royale.

"Elle a été relâchée. D’après nos investigations, elle n’est pas impliquée dans l’affaire", a déclaré vendredi Thitirat Nongharnpitak, chef du Bureau central d’investigation (CIB)." (Le Petit Journal/AFP 22 juillet 2016)

C'est donc lui, le prince Maha Vajiralongkorn, qui va succéder au roi de Thaïlande, Bhumibol Adulyadej. Il va prendre la succession de son père, en l'honneur duquel une période de deuil d'un an a été décrétée, a annoncé, ce jeudi 13 octobre, le chef de la junte thaïlandaise, le général Prayut Chan-O-Cha.

Au terme d'une audience avec le prince, ce dernier a déclaré que le prince demandait "du temps pour se préparer avant d'être proclamé roi". Une succession qui n'est pas forcément du goût de toute la population. Si son père jouit d'un statut de demi-dieu, ce n'est pas vraiment le cas de son fils qui a essuyé plusieurs scandales au cours de ces dernières années.

Puisque le prince ne souhaite pas assurer immédiatement la succession, la régence est confiée au plus proche conseiller du défunt roi, un ancien général de… 96 ans, éminence grise de la politique du royaume depuis des décennies.

Qui est ce régent ?

Prem Tinsulanonda (96 ans) le régent.

Prem Tinsulanonda (96 ans) le régent.

Prem Tinsulanonda reste un des personnages les plus actifs de la scène politique thaïlandaise, malgré son grand âge. Lors de ses rares apparitions publiques, il semble en grande forme, marchant sans canne.

Cet ancien général et chef de l'armée était depuis des années à la tête du Conseil privé du roi Bhumibol Adulyadej, institution très puissante.

Son installation en tant que régent est automatique en vertu de la Constitution, qui prévoit qu'accède à ce poste le chef du Conseil privé du roi, institution très puissante qu'il dirige depuis des années, en cas de délai nécessaire au prince héritier.

Le plus grand flou règne quant à la durée de la période de régence. Le chef de la junte, le général Prayut Cha-O-Cha, a laissé à penser samedi soir que cela durerait "jusqu'à la crémation" du roi, ce qui pourrait arriver dans un an.

Le prince n'a pas lui-même pris la parole depuis la mort de son père, pas plus que le régent.

Sa régence devrait durer le temps que soit défini un nouvel équilibre du pouvoir entre les militaires, la vieille garde du palais et le prince héritier : durant son règne de 70 ans, Bhumibol avait eu le temps de mettre en place des liens solides avec l'armée. Mais ces liens tissés par le roi défunt sont intimement liés à sa personnalité, pas à l'institution royale en elle-même, très faible à l'arrivée sur le trône de Bhumibol en 1946.

Tout dépendra donc de la rapidité de ces négociations en coulisses, et notamment de l'implication du prince héritier, qui vivait jusqu'ici la plupart du temps en Allemagne, sans s'occuper des affaires du royaume.

Ces drapeaux thaïlandais sont affichés sur les façades des maisons, des temples et des administrations pour montrer son attachement au roi, à la reine, à la religion Bouddhiste et au pays.

Ces drapeaux thaïlandais sont affichés sur les façades des maisons, des temples et des administrations pour montrer son attachement au roi à la reine, au pays et à la religion bouddhiste.

 

Mais ne peu-on pas imaginer que les évènement tournent en faveur de la princesse Maha Chakri Sirindhorn qui est incontestablement la favorite des Thaïlandais. Cette affection est due à ses grandes qualités, à sa rectitude morale, à sa simplicité et à ses actions pour le pays et pour le bien commun.

La princesse Maha Chakri Sirindhorn, la favorite des Thaïlandais.

La princesse Maha Chakri Sirindhorn, la favorite des Thaïlandais.

"En 1974, la constitution thaïlandaise fut modifiée, afin de permettre à une femme de pouvoir éventuellement accéder au trône. Jusque là, la succession suivait la règle primogéniture mâle. Le 5 décembre 1977, jour du 49ème anniversaire du roi son père, la princesse Sirindhorn reçut le titre de princesse héritière, version féminine du titre que porte son frère aîné le prince héritier Maha Vajiralongkorn. Cela signifie que la princesse pourrait éventuellement accéder au trône, ce qui comblerait certainement la majorité des Thaïlandais, qui lui voue une extraordinaire dévotion, contrairement à son frère. La réputation de ce dernier  en effet été quelque peu ternie par ses trois divorces consécutifs. La sœur aînée  de la princesse, Ubol Ratana, a été exclue de la ligne de succession du fait de son mariage, en 1972, avec Peter Ladd Jensenn un roturier étasumien ( dont elle a divorcé en 1998).

 

Le billet de 100 baths.

Un billet de 100 baths.

On l'aura compris, Son Altesse Royale est très loin du stéréotype habituel des princes et des princesses de ce monde. Elle fait rarement la une des magazines populaires ou de ceux couvrant l'actualité du gotha. Intelligente et cultivée, elle est en cela la digne fille de son père, dont elle est très proche. Mais elle est aussi et surtout la "princesse de cœur" des sujets du Royaume de Thaïlande. "

(Hervé Cheuzeville in Vexilla Galliea - 2 avril 2015)

La princesse à différentes étapes de sa jeunesse.

La princesse à différentes étapes de sa jeunesse.

 

Le roi de Thaïlande Bhumibol Adulyadej (Rama IX)

Le roi de Thaïlande Bhumibol Adulyadej (Rama IX)

Partager cet article

Repost 0

commentaires