Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2010 5 14 /05 /mai /2010 13:28

 

Elephants dans leur Kraal(ecuries) Ayuthaya'Avant de quitter Ayuthaya, je décidai d'aller vers le village des éléphants. Repéré sur le plan remis gracieusement à la disposition des voyageurs à la gare, je me doutais bien que ce n'était pas qu'un village ....

Je traversai la voie ferrée dans la direction indiquée et, redemandant plusieurs fois mon chemin, je me retrouvai à marcher sur un longue route sillonnant entre les champs, toute notion de distance évanouie comme c'est souvent le cas dans ce genre de situation. Une voiture s'arrêta : c'était une personne qui m'avait déjà remis sur le bon chemin plus tôt. Il me proposa de me conduire, puisqu'il allait par là. Heureusement, car la route était encore longue ...

Le village est en fait un petit parc d'attraction dont la principale est, la promenade à dos d'éléphant. Il attire des centaines de personnes tous les jours et tous prennent un immense plaisir à se jucher sur le dos de ces pachydermes placides et caparaçonnés. Les cornacs sont habillés en pseudo-costumes écarlates du XVIIème siècle qui guident leurs montures avec une belle dextérité.

Cette incursion me permit de découvrir, derrière les écuries, les vestiges en voie de fouille d'un autre représentant de Mt Phrabat 2cette période florissante. Le Wat Maheyong, éloigné des autres sites de la même époque, montre à quel point la cité de Lopburi devait être étendue alors. Sous un portique me souhaitant « bon voyage » en français (?), dont l'ombre maigre ne ne protégeait pas vraiment du soleil, j'attendais le passage d'un hypothétique tuk tuk depuis une bonne dizaine de minutes, quand un 4 x 4 s'arrêta et sa conductrice me demanda en anglais où j'allais ... L'esprit thaïlandais, son hospitalité notamment, est ainsi : on ne laisse pas un voyageur sur le bord de la route, surtout si c'est un farang (étranger) ...

De retour à la gare, j'ai juste le temps d'acheter un billet. Une heure d'un trajet agréable me mena à Lopburi, la cité des singes.

Lopburi est l'une des plus anciennes villes de Thaïlande. Elle « tomba » sous influence khmère au Xème siècle et devint une ville frontalière de l'Empire Khmer, nommée Lavo, centre administratif et commercial.

L'essor du Royaume de Sukhotaï ( qui précéda au XIIème siècle celui d'Ayuthaya) entraîna son déclin, mais elle devint néanmoins la seconde capitale de la période Ayuthaya ( milleu du XIVème siècle ). Elle accueillait alors de nombreux hauts dignitaires étrangers. La roi Narai ( XVIIème siècle ) reçut, par exemple, le Chevalier de Chaumont porteur d'une lettre de Louis XIV en 1685.

Puisqu'on en parle, le faste de la cour du roi Narai au palais Narai Rachaniwet n'avait rien à envier à celui de Versailles ...

Curieusement, le récit de Mouhot ne comporte aucune description de Lopburi et dans son agencement semble un peu confus. Sans prêter attention aux vestiges somptueux de la cité ancienne il s'arrêtera une semaine au Mt Phrabat et passera à Saraburi, ville assez étendue dit-il. Aujourd'hui, une ville moderne et très active. Je n'y suis pas passé. Il faut parfois faire des impasses ...

Itinéraire relativement court que celui qui constitue son premier voyage depuis Bangkok. Je n'ai d'ailleurs pas pu identifier certaines villes mentionnées ( Pakpriau et Patawi) mais tout semble pourtant tourner autour de Lopburi. Mais peut-être trouverai-je l'information plus tard ?!

Wat Pha Putthabat Mt Phrabat 3En revanche, aucune difficulté à trouver le Mont Phrabat et le Wat Pha Phutaphabat ( le temple du Saint Pied du Bouddha ) où des centaines de fidèles viennent quotidiennement vénérer l'empreinte du pied (?).

Le temple est installé dans un écrin de verdure parsemé de frangipaniers odorants accroché àau flanc d'une colline du haut de laquelle on a une vue impressionnante sur la plaine qui doit resplendir en hiver lorsque les immenses champs de tournesol sont en fleurs ...

Lopburi aujourd'hui est une ville agréable et tranquille comparée à Bangkok et son rythme infernal. Les autorités ont su judicieusement, comme souvent en Thaïlande, incorporer les sites archéologiques dans leurs plans d'urbanismes permettant ainsi de préserver des espaces où les écureuils, les oiseaux et les singes peuvent vivre tranquilles et cela s'en ressent.

Animée tôt le matin et s'activant lors du marché de nuit, elle semble assoupie le reste de la journée. On le comprend Brochettes Lopburid'autant mieux que la température diurne tourne autour de 35°C.

Pourtant, la grande particularité de Lopburi ne réside pas dans son calme : c'est la cité des singes.

Basés, pour les plus grosses colonies, dans les temples ruinés dont le Wat Phra Prang Sam Yod, les macaques investissent la ville toute la journée. On les voit partout. On les entend sauter sur les toits ou se quereller : lutte de territoire. Seuls ou en bandes, ils essayent par tous les moyens de voler quelque chose à manger ou ce qui pourrait contenir de la nourriture, c'est à dire à peu près tout.

Les commerçants, les vendeurs de fruits et légumes ou autre, ont bien du mal à les repousser car leurs stratégies sont souvent autant efficaces qu 'étonnantes et ils arrivent souvent à leurs fins.

Tous les soirs, quelques habitants viennent les nourrir au temple, en tant que bouddhistes ils se doivent de respecter toute forme de vie et c'est pourquoi ils ne leur feront aucun mal.

D'ailleurs, en novembre, une fête est organisée en leur honneur, pour les remercier de contribuer à la prospérité de la ville. On dresse donc d'immenses buffets et nos cousins macaques peuvent se régaler jusqu'à plus faim.

Amour maternel Lopburi



Partager cet article

Repost 0

commentaires