Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juillet 2011 7 03 /07 /juillet /2011 14:07

 Angkor Vat (12)  

 

 Mais quelle mouche avait donc piqué Henri Mouhot.

 

Henri Mouhot né à Montbéliard le 15 mai 1826 consacra les trois dernières années de sa vie à voyager du Royaume de Siam ( Thaïlande ) à celui du Laos en passant par la redécouverte d'Angkor, l'ancienne capitale khmère du Cambodge.

Les fièvres tropicales, sans doute le paludisme, ont eu raison de sa résistance : il mourut le 10 novembre 1861 au bord de la Nam Khan, un affluent du Mékong, non loin de Luang Prabang ( Laos ).

Ce voyage lui valut une reconnaissance posthume après la publication en 1863 de la première édition de son récit.1 et influença sûrement la politique d'extension coloniale de second Empire.

Pour ma part, la rencontre avec le naturaliste montbéliardais remonte à l'hiver 1998 alors que je voyageais avec mon épouse dans cette partie du Sud-est asiatique. Depuis lors, je me suis attaché au personnage avec lequel j'avais des affinités évidentes : voyageur, photographe et rêveur.

Enfin, grâce à la ville de Montbéliard et dans le cadre de utopies & innovations, au printemps 2010, je pus mettre mes pas dans ceux de Mouhot.

Le 29 avril je m'envolai de Paris pour Bangkok.

Bangkok (188)

Cela lui avait pris trois ans et coûté la vie ... je n'avais qu'un peu plus de deux mois pour, 150 ans plus tard, dresser un état des lieux en revenant indemne : pas le temps de baguenauder !

Dans l'absolu, les descriptions qu' Henri Mouhot faisait des lieux qu'il découvrait ont encore aujourd'hui toute leur pertinence ...

La chaleur, le bruit, les odeurs, les couleurs, les parfums, ... Bangkok, ville moderne à l'activité incessante, le fleuve Khao Phraya ( Ménam ) au trafic de bateaux ininterrompu, les fastes du palais royal, le dénuement d'une grande partie de la classe populaire, le commerce des pierres précieuses à Chanthaburi, les pêcheurs des îles, la forêt tropicale humide et luxuriante , la fatigue, les moustiques, la beauté des temples, la magnificence d'Angkor et, enfin, l'hospitalité et les sourires des populations, tout cela je l'ai partagé chaque jour avec lui.

Les bus, les trains et les taxis collectifs ont, depuis longtemps remplacé les éléphants et les chars à bœufs, et pendant ces longs trajets d'où je sortais rompu, je m'interrogeai sur les raisons qui avaient transformé ce jeune marié, honnête homme du XIX ème siècle et photographe, en aventurier solitaire. Nous ne le saurons jamais vraiment puisque dans ses lignes il ne se révèle pas, ou trop peu et nous nous perdons en conjectures. ... à moins que ...? ... et cela sera peut-être le début d'une autre histoire ...!

 

... Mais quelle mouche avait donc piqué Mouhot ?

  Ta Prohm (10)

1- Voyage dans les royaumes de Siam, de Cambodge, de Laos et autres parties centrales de l'Indochine.

Dernière réédition chez Arléa, Paris en février 2010.

Partager cet article

Repost 0

commentaires